Dans l’intimité des auteur·es

L’actualité littéraire a été dernièrement très marquée par la sortie de biographies, romancées ou non, d’auteur·e·s qui ont marqué leur génération.  On connaît bien leurs œuvres, mais connaît-on aussi bien leur vie ? Nous vous proposons donc cette semaine des biographies et autobiographies pour pénétrer dans l’intimité de nos auteur·e·s préféré·e·s.


AUTOBIOGRAPHIES

Lettre ouverte de Goliarda Sapienza, éditions du Tripode

Premier ouvrage de son cycle autobiographique, Goliarda Sapienza nous raconte dans Lettre ouverte, sa jeunesse, sa relation avec ses parents, sa vie pendant le régime fasciste mais aussi son séjour dans un hôpital psychiatrique après une tentative de suicide. Un récit parfois décousu, où l’on vogue de souvenirs en souvenirs, de sa jeunesse jusqu’à sa vie d’adulte mais un récit plein de sensibilité.

Vous pouvez également lire les autres titres de son cycle autobiographique, tous édités aux éditions du Tripode.

Moi, Jean Gabin de Goliarda Sapienza éditions du Tripode

Rendez-vous à Positano de Goliarda Sapienza, éditions du Tripode

Les certitudes du doute de Goliarda Sapienza, éditions du Tripode

Un garçon comme vous et moi de Ivan Jablonka, éditions du Seuil, coll. La librairie du XXIè siècle

Dans Un garçon comme vous et moi, l’historien et auteur Ivan Jablonka nous partage ses souvenirs d’enfance entre 1970 et 1980, période durant laquelle le genre est enseigné dès le plus jeune âge par la famille, l’école, les amis. Il dévoile ses joies et ses peines, ses enthousiasmes et ses craintes ainsi que les effets de la domination masculine sur sa sensibilité.


BIOGRAPHIES

Le dernier bain de Gustave Flaubert de Régis Jauffret, éditions du Seuil

Le 8 mai 1880, c’est la date du tout dernier bain de Flaubert. En effet, quelques heures après ce fameux bain, l’auteur meurt d’une attaque cérébrale sans doute précédée d’une crise d’épilepsie dont il était coutumier. Souvenirs, regrets et frustrations lui traversent alors l’esprit et certains de ses personnages, tels Emma Bovary, le poursuivent comme des fantômes, lui reprochant le sort qu’il leur a réservé. Une biographie romancée magniquement menée par Régis Jauffret.

Ma vie avec Apollinaire de François Sureau, éditions Gallimard

François Sureau remonte le fil de la vie de Guillaume Apollinaire pour tenter de comprendre les thèmes qui ont hanté de manière permanente son existence et son œuvre poétique : la mort, la vie, la guerre, la France, les femmes…

Les milles vie d’Agatha Christie de Béatrix de l’Aulnoit, éditions Tallandier

De sa carrière d’infirmière à son second mariage avec un archéologue, en passant par son premier roman, Béatrix de L’Aulnoit  nous retrace la vie bien remplie de l’immense romancière britannique Agatha Christie. 

Virginia Woolf, carte d’identité de Henriette Levillain, éditions Fayard

Sous forme d’abécédaire, ce portrait de V. Woolf met en lumière la complexité de l’écrivaine et de son écriture, au-delà de ses frustrations d’adolescence, de son combat contre l’autorité masculine et de sa dépression, trois approches de son oeuvre qui sont généralement privilégiées.

Le livre parfais pour découvrir  Virginia Woolf et ses nombreuses facettes. Romancière, essayiste, nouvelliste, critique littéraire, éditrice et féministe. Une femme de lettre majeure du XXème siècle

Les villes de papier, une vie d’Emilie Dickinson de Dominique Fortier, éditions Grasset

Dominique Fortier nous propose une biographie d’Emily Dickinson, poétesse américaine née en 1830 dans le Massachussetts. L’auteur s’intéresse tout praticulièrement à l’univers intérieur de cette femme qui mena une vie introvertie et recluse. Dominique Fortier nous amène dans les endroits où elle a vécu, peuplés de fantômes familiers, de livres, et des poèmes qu’elle traçait comme autant de voyages invisibles. Un essai d’une grâce éblouissante. 


BANDES DESSINÉES

Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff, éditions Casterman

Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l’angoisse de sa vie d’épouse de banquier et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles alors qu’elle veut être écrivain. Son seul échappatoire : son journal, qui lui permet d’explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. Sa rencontre Henry Miller va s’avérer être la première étape vers de grands bouleversements… Plus qu’un roman graphique, c’est là une magnifique biographie de cette écrivaine sulfureuse.

Dessiner encore de Coco, éditions Les Arènes

Dessinatrice à Charlie Hebdo, Corinne Rey, connue sous le pseudonyme Coco, raconte le traumatisme qui a suivi les attentats du 7 janvier 2015.

Dessiner, c’est pour elle un moyen d’oublier le « 7 », mais aussi d’essayer de reconstituer ses souvenirs rendus flou par le choc traumatique, ses morceaux de mémoires incomplets et abîmés. Dessiner c’est aussi un moyen de lutter, de résister, de s’en sortir. Dessiner aussi pour rendre hommage, un hommage tout en pudeur pour ses collègues. Dessiner pour  être


JEUNESSE

George Sand : Non aux préjugés de Ysabelle Lacamp, éditions ACTES SUD junior

Un portrait de l’écrivaine française, qui affronta les préjugés sur les femmes en menant de front sa vie sentimentale, littéraire et politique.

Primo Levi : Non a l’oubli de Daniele Aristarco et Stéphanie Vailati, éditions ACTES SUD junior

Dans les années 1980, le jeune Vittorio, 11 ans, s’interroge sur le silence de son grand-père concernant son passé. Il croise le chemin de l’écrivain Primo Levi, qui l’aide, au travers du récit de son expérience concentrationnaire, à comprendre son aïeul.