Décembre 2019 / Sur la polysémie de l’espace

Alexandre Fablet, pour la librairie Études, nous propose une sélection d’ouvrages autour de la polysémie du mot « espace ».

« Le terme est une énantiosémie : l’espace, c’est ce qui éloigne et ce qui relie. Tout est une question de dimension. Il peut être si vaste et vide que sa perception nous échappe, ou petit et incompressible et sans lui une phrase se vide de son sens – ou encore être une frontière, une voie. Ces livres sont une invitation : à prendre la mesure de la démesure de notre univers, à nous conter ses origines, à ressentir un vertige, à apprécier la finesse d’un bon mot. »

 

Ce qui est sans être tout à fait – Essai sur le vide
Étienne Klein
Ed. Actes Sud
176 pages
18,00e

ESPACE = VIDE // Le vide, dit-on ordinairement, est ce qui reste après qu’on a tout enlevé. Mais si l’on retirait absolument tout, il ne resterait plus rien… du tout. Pas même le vide. Alors peut-on réellement Faire le vide ? Au demeurant, le vide existe-t-il vraiment ? A-t-il même jamais existé ? Le vide, c’est à la fois tout un monde et toute une histoire. Une histoire pleine d’idées, de concepts, de délires aussi. A l’image du temps et de la matière, le vide a hanté les philosophes et les physiciens, qui parlent rarement de la même chose. Chez les premiers, il a dès l’Antiquité donné lieu à d’intenses débats au sujet du néant, du non-être, du rien. Chez les seconds, le vide est devenu un objet d’expérimentations, et son existence, du moins celle d’un certain vide, a été prouvée au milieu du XVIIe siède et a contribué à la naissance de la physique dite « moderne ».  Depuis, chaque nouvelle théorie propose « son » vide. Etienne Klein mène l’enquête, traverse l’histoire des idées, interroge les mots. Et il apparaît que la vie du vide est contre toute attente une vie dense.

 

L’Univers expliqué à mes petits-enfants
Hubert Reeves
Ed. Points
135 pages
8,30e

ESPACE = UNIVERS // « Je dédie ce livre à mes petits-enfants. En commençant à l’écrire, j’ai pris conscience de la valeur symbolique que je pouvais lui donner : celle d’un testament spirituel. Que voudrais-je leur raconter sur ce grand Univers qu’ils continueront à habiter après moi ? J’ai alors songé à ces conversations avec l’une de mes petites-filles, où nous observons, étendus confortablement sur des chaises longues, le ciel étoilé. Je me suis senti revivre ces soirées de mois d’août avec mes enfants qui me bombardaient de questions pendant que nous attendions les étoiles filantes. La contemplation de la voûte céleste et le sentiment de notre présence parmi les astres provoquent un désir partagé d’en savoir plus sur ce mystérieux cosmos que nous habitons. Il sera ici question de science, ce qui n’exclut pas la poésie ». Hubert Reeves

 

 

SAUVER LA NUIT
Samuel Challéat
Ed. Premier Parallèle
295 pages
21,00e

ESPACE = CONTEMPLATION, BIEN À PARTAGER // Les occasions de s’émerveiller devant une voûte céleste parsemée d’étoiles sont de plus en plus rares. Aujourd’hui, la Voie lactée n’est plus visible pour plus d’un tiers de l’humanité. Plus de quatre-vingts pour cent de la population mondiale vit sous un ciel entaché de pollution lumineuse, une pollution qui, à l’échelle mondiale, ne cesse de s’accroître. « Nous laissera-t-on un ciel à observer ?  » s’inquiétaient déjà les astronomes amateurs dans les années 1970. Samuel Challéat retrace l’histoire de la revendication d’un « droit à l’obscurité » concomitant au développement urbain et décrit la manière dont s’organise, aujourd’hui, un front pionnier bien décidé à sauver la nuit.

 

Espèces d’espaces 
Georges Perec
Ed. Galilée
185 pages
24,00e

ESPACE = ENTRE LES MOTS, ENTRE LES LIGNES // « L’espace de notre vie n’est ni continu, ni infini, ni homogène, ni isotrope. Mais sait-on précisément où il se brise, où il se courbe, où il se déconnecte et où il se rassemble ? On sent confusément des fissures, des hiatus, des points de friction, on a parfois la vague impression que ça se coince quelque part, ou que ça éclate, ou que ça cogne. Nous cherchons rarement à en savoir davantage et le plus souvent nous passons d’un endroit à l’autre, d’un espace à l’autre sans songer à mesurer, à prendre en charge, à prendre en compte ces laps d’espace. Le problème n’est pas d’inventer l’espace, encore moins de le réinventer (trop de gens bien intentionnés sont là aujourd’hui pour penser notre environnement…), mais de l’interroger, ou, plus simplement encore, de le lire ; car ce que nous appelons quotidienneté n’est pas évidence, mais opacité : une forme de cécité, une manière d’anesthésie. C’est à partir de ces constatations élémentaires que s’est développé ce livre, journal d’un usager de l’espace. » Georges Perrec

 

GALAXIES
Reliefs – La revue des explorateurs d’hier et de demain
192 pages
19,90e

ESPACE = DEMESURE, INCOMMENSURABLE, COSMOGONIE // Dossier « GALAXIES » : Approche transversale par des articles au long cours : Big Bang avec Aurélien Barrau astrophysicien spécialisé dans la physique des astroparticules) ; exploration spatiale avec Alain Dupas (physicien spécialiste des programmes aérospatiaux) ; voyage dans les galaxies avec Françoise Combes (astrophysicienne, spécialiste en physique galactique) ; téléscopes avec Pierre Léna astrophysicien, membre de l’Académie des Sciences) ; exoplanètes avec Anne-Marie Lagrange (astrophysicienne spécialiste des systèmes planétaires extrasolaires) ; Tribune de Trinh Xuan Thuan (astrophysicien et écrivain) ; entretien avec Hubert Reeves (astrophysicien et communicateur scientifique) ; extrait littéraire illustré de Gustave Flaubert ; infographies : astronomes et astrophysiciens ; observatoires astronomiques ; mythes et constellations ; conseils de lecture, de films, de musique… + Hors-dossier.