NOTRE SÉLECTION DE BANDES DESSINÉES

À la parfaite croisée entre littérature et objet d’art, la bande dessinée est le cadeau idéal pour les fêtes ! Alors cette semaine, avec beaucoup de plaisir, nous vous en proposons une jolie petite sélection, riche et variée, tant sur le plan graphique que thématique. A vos plaids et canapés !

Radium Girls de Cy (22 €)

 Editions Glénat

New Jersey, 1918. Les ouvrières de l’United State Radium Corporation, une usine qui fournit l’armée en montres, peignent leurs cadrans à l’Undark, substance rare et luminescente. Se surnommant les « Ghost Girls », elles jouent avec, se peignent les ongles, les dents ou le visage afin d’éblouir les autres une fois la nuit tombée. Elles ignorent que le Radium, qu’elles manipulent toute la journée, est en réalité mortel. Quand certaines d’entre elles commencent à présenter des symptômes inquiétants, des voix s’élèvent pour comprendre, d’autres, pour pernicieusement étouffer l’affaire. Dans cette BD pastel et fluorescente, la dessinatrice Cy retrace le terrible destin des Radium Girls, ces jeunes femmes sacrifiées sur l’autel du progrès technique et scientifique.  

L’Arabe du futur 5 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994) de Riad Sattouf (22.90 €)

Allary éditions

Riad Sattouf revient pour l’avant-dernier opus de sa saga autobiographique, situé entre 1992 et 1994. Il a alors 14 ans, n’est plus un enfant blond, et a un physique ingrat. Il découvre Lovecraft, Moebius, Bilal, autant de sources d’inspiration pour ce jeune garçon qui ne parvient à se faire respecter que grâce à ses talents de dessinateur… Avec ce dernier album, Sattouf nous embarque avec lui dans les affres de son adolescence, revenant sur des thématiques également mobilisées dans sa série Esther. Mais, bien plus que la cruelle loi du collège et du lycée, c’est au souci d’apparence, de performance, d’appartenance et d’identité qu’il fait référence.

Cent Mille Ans : Bure ou les scandales enfoui des déchets nucléaires de Gaspard D’Allens, Pierre Bonneau et Cécile Guillard (18.90 €)

Editions La Revue Dessiné et Seuil

Pierre Bonneau et Gaspard d’Allens (journalistes) font état d’une enquête déterminante dans la compréhension de l’affaire de Bure. Bure, c’est ce petit village de la Meuse où 85 000m² de déchets radioactifs doivent être enfouis à 500m sous terre pour y passer les cent mille ans à venir. Bure, c’est aussi le théâtre d’une sidérante répression : en faveur d’un des plus grands projets industriels d’Europe, au mépris de toute valeur démocratique. Cette BD-reportage mise en scène par Cécile Guillard fourmille de sources validées et permet de s’approprier le débat. Elle nous place cependant face à une désastreuse fatalité : si ce n’est en les enfouissant à Bure ou ailleurs, que faire maintenant de nos déchets radioactifs…?

Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff (23,50 €)

Éditions Casterman

Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l’angoisse de sa vie d’épouse de banquier et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles alors qu’elle veut être écrivain. Son seul échappatoire : son journal, qui lui permet d’explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. Sa rencontre Henry Miller va s’avérer être la première étape vers de grands bouleversements… Plus qu’un roman graphique, c’est là une magnifique biographie de cette écrivaine sulfureuse, dessinée au crayon multicolore pour des traits vifs, flous et agités, à l’instar de sa propre vie.

1984 (d’après le roman de George Orwell) de Fido Nesti (22 €)

Éditions Grasset

Londres, 1984. Big Brother, figure omnisciente, règne sur l’Océania et cloître les citoyens dans une terrible dictature. C’est dans cet abominable contexte que nous suivons le destin de Winston Smith, employé au ministère de la Vérité et dont le travail consiste à remanier les archives historiques afin de faire correspondre le passé à la version officielle du Parti… C’était l’un des événements éditoriaux les plus attendus de l’année, et voilà : l’illustrateur brésilien Fido Nesti nous propose ici la première (superbe) version graphique du chef-d’œuvre orwellien. Dans une atmosphère aux teintes fantastiques, il rend à ce roman politique et dystopique toute son actualité et toute sa force.

Carbone & Silicium de Mathieu Bablet (22,90 €)

 Éditions Ankama

2046. Les laboratoires Tomorrow Foundation créent les prototypes d’une nouvelle génération de robots destinés à prendre soin de la population humaine vieillissante : Carbone et Silicium. Élevés dans un cocon protecteur et avides de découvrir le monde extérieur, c’est lors d’une tentative d’évasion qu’ils sont séparés. Chacun va alors vivre ses propres expériences et lutter pour trouver sa place sur cette planète à bout de souffle climatique, politique et humain. Une BD de science-fiction dystopique sur le thème de l’intelligence artificielle et de la défaillance humaine.

Sapiens, la naissance de l’humanité de Yuval Noah Harari, Daniel Casanave et David Vandermeulen (22,90 €)

Éditions Albin Michel

Harari nous propose ici une adaptation de son propre roman Sapiens. Une brève histoire de l’humanité (Albin Michel, 2015), déjà audacieux et brillamment mené. Avec la complicité, l’humour et la pédagogie de Vandermeulen et Casanave, il revient pour faire le point sur notre humanité, de l’apparition de Homo sapiens à la Révolution agricole. Ensemble, il racontent comment cet “animal insignifiant parmi les animaux et humain parmi d’autres humains”, a acquis les capacités extraordinaires qui ont fait de lui le maître du monde. Sapiens, c’est un beau pavé (247 pages !) qui nous donne à réfléchir quant à nos comportements et choix passés, présents et à venir, ainsi qu’aux risques que ceux-ci représentent.

J’avais rendez-vous d’Hugo Pratt (29 €)

Éditions du Tripode

Hugo Pratt, grand maître de la bande dessinée, est le père d’une œuvre graphique mondialement reconnue grâce au fameux personnage de Corto Maltese. Considéré comme « l’inventeur » de la littérature dessinée, il nous propose, avec cet ultime livre, un superbe corpus de textes, croquis, photos, couvertures, planches et autres aquarelles évoquant son dernier voyage dans le Pacifique, en 1992. D’île en île, il mène une quête sur les pas de ses modèles. Pour cette nouvelle édition, une postface de Patrizia Zanotti et une chronologie d’Hugo Pratt inédites. Un beau livre pour tout amateur de voyage, de littérature… ou pour tout passionné de Pratt.