RENCONTRE LE 30/01/2020 L’ESTHETIQUE DE LA RESISTANCE, DE PETER WEISS (CYCLE DE LECTURES, EP. VIII)

Jeudi 30 Janvier 2020, à 18h à la Librairie Etudes Mirail, venez assister au 8ème épisode du Cycle de lectures contre l’oubli consacré à L’Esthétique de la Résistance de Peter Weiss

 

Né le 8 novembre 1916 dans la banlieue de Berlin, Peter Weiss se consacre d’abord à la peinture, qu’il étudie à l’Académie des Arts de Prague. En 1939, il s’installe en Suède, où il poursuit ses activités de peintre, avant de devenir, en 1947, correspondant à Berlin pour un journal suédois (voir son recueil Cinéma d’Avant-Garde). C’est la période de ses premiers écrits en prose, de ses poèmes et de ses pièces de théâtre avec notamment, en 1965, L’Instruction, qui fait de lui l’initiateur du théâtre documentaire. Ce n’est qu’en 1974 qu’il débute l’écriture de son grand roman L’Esthétique de la Résistance. Il mourra à Stockholm le 10 mai 1982, peu de temps après en avoir terminé le troisième tome.

D’une force inouïe, la langue de Peter Weiss s’amplifie encore par la voix. La rage contenue, la révolte, l’hommage à celles et ceux qui ont résisté, l’amer constat de la déroute des idéaux, tout ceci s’actualisera dans la profération et résonnera dans notre présent.

Huitième épisode du cycle de lectures :
C’est à Paris que se trouve aujourd’hui le narrateur, réfugié dans un centre d’hébergement de la Croix-Rouge suédoise où il aide à soigner et encadrer des orphelins venus d’Espagne. Paris en cette fin 1938 offre le visage d’une capitale mal dans sa peau. Le Paris populaire est captif d’une classe dirigeante qui finira par mener le pays à la guerre et réprime sauvagement toutes les tentatives des partis ouvriers de venir au secours de l’Espagne ou de dénoncer la passivité et la lâcheté de leur gouvernement face aux exactions de l’Allemagne nazie. 

Il croise à nouveau l’histoire du Radeau de la Méduse qu’il ira voir au Louvre. De là, le personnage du peintre fou, Géricault, sa vie, ses échecs, son quasi suicide, vont entrer dans ses réflexions de façon durable. Il y voit l’exemple d’un génie tombé dans la démence parce que n’ayant pas pu ou osé faire le pas qui eût ouvertement tourné son talent vers la révolte.

L’Esthétique de la Résistance, de Peter Weiss.
Traduit de l’allemand par Eliane Kaufholz-Messmer,
aux Editions Klincksiek.